chapitre un - les sirènes du tunnel
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 :: GESTION DU PERSONNAGE :: PRÉSENTATIONS :: PRÉSENTATIONS VALIDÉES Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

ambrose ≠ road to joy

avatar
Ambrose
redlight nightmares
Messages : 79
Date d'inscription : 01/07/2017
âge : 17
PUF : mojo / vic
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 9 Aoû - 20:32
NO ONE'S SURE HOW ALL OF THIS GOT STARTED
but we're gonna make them goddamn certain how it's gonna end


nom •• ambrose, j'ai pas choisi
surnom •• rosie (fermez vos gueules)
âge •• 4 ans
sexe •• mâle
groupe •• solar, ça aurait déchiré si j'brillais mais bon
visionnaire •• apparemment, ouais

PSYCHOLOGIE
on est là pour pervertir la jeunesse


Attention, je suis un sale connard, faut se méfier de moi. Vous allez souvent entendre ça, et me lancer des regards de travers mais je m'en fous. Que voulez-vous, des fois j'essaye de changer mais ça marche pas, la haine et la souffrance, ça fait partie de moi, je fais avec. Si je peux vous donner quelques conseils, écoutez, parce que ça arrive pas souvent.

Ne vous attendez pas à ce que je sois honnête ou loyal, ce serait naïf. Les gens disent que la confiance, avec moi, c'est comme une pente glissante, et personne n'arrive à s'y accrocher. Dommage pour eux, je suis plutôt du genre à faire passer mon confort avant celui des autres. Et tout le monde sait qu'on est mieux quand on est dans le camp des gagnants. Alors je vais dans le camp des gagnants, c'est suicidaire de rester toujours dans le même, et au final de se faire baiser, parce qu'il y en a toujours un qui se fait sacrifier, c'est celui qui est fidèle. C'est comme ça partout, je vous apprends rien.

J'ai du mal avec les dettes. Je suis un putain d'endetté et je m'en fous parce que je vis sur crédit depuis le début de ma vie. Ne vous attendez pas à ce que je paye les services que vous me rendez, je suis un voleur. Et je vous trahirai forcément à un moment ou à un autre parce que c'est nécessaire. Mais si je pouvais faire autrement que de vous lâcher, je le ferais. Mais y a pas d'autre moyen. Dommage.

Je déteste les gens mais j'aime pas être seul. C'est paradoxal et c'est hyper dur de faire avec, faut toujours s'arranger pour avoir la protection de quelqu'un sans tisser trop de liens. Alors bon, des fois je fais des bonnes grâces pour pouvoir avoir la reconnaissance de quelqu'un.

Sachez aussi que le mensonge, c'est un bon moyen de s'en tirer, et je suis pas mal doué dans ce domaine. Mieux vaut mentir que se faire défoncer en disant la vérité qui fait parfois franchement mal. Et puis pour éviter que ça vous retombe dessus, il suffit de rejeter la faute sur les autres, ça marche à tous les coups.

Je suis plutôt du genre apathique en ce qui concerne le malheur des autres, je prends ça comme une chance. Ça me touche pas vraiment, de voir les autres dans la merde, tant que je le suis pas moi-même. Je suis même carrément ironique et sarcastique sur tout, ce qui a tendance à énerver. Mais quand ça me concerne, quand c'est moi qui suis dans la merde, je peux vite devenir agressif, et il n'y a qu'un pas jusqu'à la violence. Vous allez trouver ça absurde mais j'ai de la rancune à revendre. J'aime pas qu'on me lâche comme ça, alors soyez sûrs qu'un jour ou l'autre vous allez le regretter.

BIOGRAPHIE
c'est à cause de la société


J'aurais pu avoir une enfance normale mais non. Il suffit que j'arrive pour que ça dérape en moins de deux. J'ai tué ma mère, c'est ce que disait mon père. Mais j'ai pas fait exprès, je me suis juste contenté de naître. Essayez de dire ça à quelqu'un qui a perdu la personne qu'il aimait le plus au monde, en général ça marche pas. Donc mon père avait une bonne raison de me détester, et on est pas partis sur de bonnes bases. En fait, c'était très simple, la relation avec mon père : démerde-toi. Donc j'en ai chié pour essayer de vivre normalement, et mon père faisait le minimum syndical parce que c'était pas un monstre. Il ne m'aimait pas, faut pas rêver. Et plus le temps passait, et plus son esprit partait en vrille, toujours à cause de moi apparemment. Parce que t'as tué ta propre mère, celle que j'aimais. T'es vraiment rien qu'une raclure finie, qu'il disait. Je me sentais pas bien quand il disait ça, et lui ça le consolait de m'insulter. Et puis plus les jours passaient, plus il se laissait mourir, et c'est moi qui devais m'en occuper. Mais ça servait à rien, bien sûr, parce qu'il avait pas l'intention d'aller mieux. Et puis il est mort devant moi. Je suis sûr que s'il avait pu faire un doigt d'honneur, il l'aurait fait.

J'étais un enfant timide mais sympa. Ce que je voulais, c'était avoir des amis, des personnes qui aient de l'estime pour moi, pas comme mon père. Je les ai tous perdu après sa mort, parce que j'ai commencé à changer, à mon adolescence. La période qui fait de toi une créature qui cherche sans arrêt son identité, qui voit le monde en noir ou en blanc, qui ne sait pas nuancer et qui est par-dessus tout plus influençable que tu ne le seras jamais dans ta vie. L'absence d'amour et d'estime, ça m'a vachement influencé, mais je m'en rendais pas compte. Et je crois que je ne m'en rends toujours pas compte. Mes amis et les autres m'ont lâché, ont commencé à me mépriser et se méfier de moi (apparemment c'est moi qui changeait et qui devenait un vrai connard). Plus personne ne voyait le reste d'enfant sympa qui restait en moi (faut dire que je le cachais bien). Et puis un jour, je me suis retrouvé seul, face au salaud que je suis devenu. Et c'est le salaud qui a gagné, avec son lot de haine et de souffrance. C'est pas de ma faute, vous savez comme c'est dur de se battre contre soi-même? Et moi je suis du genre à prendre la solution la plus facile, c'est à dire ne rien pardonner, haïr les autres et arrêter de s'en faire pour le sort du monde. Désolé, les gars.

Donc j'étais au fond de mon trou, à me demander pourquoi plus personne ne voulait de moi, et pourquoi il a simplement fallu que je naisse pour que tout se passe mal. C'est là qu'un soir, j'ai vu un tunnel dans mes yeux. J'ai mis du temps à me dire que c'était une hallucination, tellement c'était puissant. J'ai réussi à voir de la peinture noire, blanche et rouge sur les murs sales. Le tunnel menait droit vers l'obscurité la plus profonde que j'avais jamais vu. Le noir le plus complet. J'ai cru que je devenais fou, comme mon père. Mais j'étais intimement convaincu que ce tunnel était réel, je sais pas pourquoi. Une intuition, sûrement. Et j'avais l'intuition qu'au bout de ce tunnel, après l'obscurité, se trouvait quelque chose de génial, une sorte de paradis, si ça existe. Je devais y aller. De toute manière, qu'est-ce que j'avais à perdre? Je pouvais partir, personne ne le remarquerait, ou tout le monde serait soulagé. J'étais prêt à quitter le monde pourri dans lequel je suis né. J'étais juste pas au bon endroit, au final, je le savais. Donc je me suis cassé, et je savais où aller. Pendant plusieurs jours, ou semaines, ou je sais pas, j'ai marché, j'ai marché, encore et encore. Et plus je m'approchais, plus mes hallucinations devenaient vibrantes et intenses.

Et je suis arrivé, je suis là, devant ce foutu tunnel. Je suis là et je peux pas retourner en arrière parce que cette bouche qui va me vomir quelque part, c'est le pire de tous les putains de maelstroms qui m'aspirent, moi, mon sang, mes os, ma chair et mon cerveau détraqué. Où ça? J'en sais foutrement rien, mais ça pourra jamais être pire que ma sale vie de merde, que moi qui fait que m'enfoncer un peu plus chaque jour dans la boue de la haine.


DERRIÈRE L'ÉCRAN

puf / prénom •• mojo
âge •• 17 yo
comment avez-vous découvert ce forum ? •• dans mon esprit, eh ouais mon gars
des questions ou des suggestions ? •• ta mère


let's fuck it up boys
so when you ask to start a war that's over nothing, it's best to join the side that's gonna win. and no one's sure how all of this got started, but we're gonna make them goddamn certain how it's  gonna end. (⚡️) road to joy


LINE BH / COLO HAM


THX ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
electric shadows :: GESTION DU PERSONNAGE :: PRÉSENTATIONS :: PRÉSENTATIONS VALIDÉES-
Sauter vers: